La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


dimanche 28 décembre 2014

AL-Quds au cœur de la Palestine et de la nation:
Soutien à la résistance maqdissie palestinienne

 
La bataille d’al-Quds est engagée, mais les sionistes n’osent se l’avouer. Pour eux, c’est le sort de la ville d’al-Quds et de la bande de Gaza qui se retrouve au centre des débats et des surenchères des différents partis politiques qui se disputent pour parvenir à siéger dans leur parlement. Al-Quds est au centre de leurs débats, bien que tous disent à peu près la même chose : refus de se retirer de la partie Est de la ville, maintien de « Jérusalem unifiée », expulsion de tous les « agitateurs », soit les Palestiniens refusant l’occupation, poursuite de la judaïsation. Ce qui les distingue concerne uniquement une partie de la mosquée al-Aqsa : les plus extrémistes voudraient supprimer la mosquée pour y bâtir le « troisième temple » et poursuivre la profanation de l’ensemble du lieu saint, alors que les plus « réalistes » souhaiteraient préserver une petite partie de la mosquée pour les musulmans, tout en contrôlant leur entrée et tempérer l’ardeur des colons extrémistes, au profit d’une politique gouvernementale plus ferme, mais non moins meurtrière. Les débats qui agitent la société sioniste, à chaque échéance électorale, montrent la limite de sa pseudo-démocratie, chantée par le monde occidental : même entre colons, les choix sont restreints, et quiconque sort du « mainstream » est hors-jeu.
 
Au moment où les sionistes affirment poursuivre leur projet de judaïsation de la ville, l’Autorité palestinienne concocte avec les Etats arabes un plan qu’elle souhaiterait présenter au conseil de sécurité de l’ONU. Ce plan n’est plus ni moins un abandon supplémentaire des droits palestiniens, même sur la ville d’al-Quds : accepter de partager le droit palestinien avec les occupants, sous le prétexte d’un rapport de forces défavorable, est la dernière proposition de l’équipe du président Mahmoud Abbas, proposition refusée par la plupart des formations politiques palestiniennes.
Mais l’avenir d’al-Quds est entre les mains de sa population, qui se bat quotidiennement contre la présence des sionistes, forces armées ou colons « civils ». Depuis plusieurs mois, les maqdissis livrent des batailles, individuelles ou collectives, en utilisant les moyens disponibles : poignards, voitures, pierres, feux d’artifice, cocktails molotov et armes à feu. Aucun quartier n’est épargné, suscitant de grosses pertes au tourisme de l’institution sioniste.
 
I - Al-Quds occupée : résistance palestinienne
 
Des affrontements ont eu lieu au cours de la nuit du 27-28 décembre dans Wadi Joz, entre les forces sionistes et la population maqdissie. Les forces de l’occupation avaient multiplié les barrages et les provocations après qu’un Palestinien ait réussi à poignarder deux soldats sionistes près de Bab al-Asbat, à quelques mètres de la mosquée al-Aqsa. Le jeune a réussi à s’enfuir.
Un groupe de jeunes palestiniens ont lancé des pierres et des coktails molotov sur un bus de la compagnie sioniste Eged, alors qu’il circulait dans la zone Wadi Haramiyye, dans al-Quds.
 
Les fidèles sont de plus en plus nombreux à assister aux prières collectives dans la mosquée al-Aqsa, notamment les jours du vendredi, et l’institution d’al-Aqsa et du patrimoine a mis à leur disposition des cars circulant des villes de la Palestine occupée en 48 vers al-Quds. Selon l’institution, ils étaient plus de 60.000 fidèles à se diriger vers la mosquée le 26 décembre, venus très tôt pour accomplir la prière de l’aube également. Pendant les autres jours de la semaine, les fidèles ont assuré également une présence, notamment aux portes de la mosquée où ils ont protesté contre les incursions des colons. 20 Palestiniens ont été arrêté ce jour-là, à l’entrée de la mosquée.
 
 Les parents d’élèves des écoles situées dans le quartier At-Tor ont manifesté devant les écoles en protestation contre la présence des forces armées sionistes aux alentours des écoles, provoquant des heurts quotidiens. La police sioniste prétend que la présence de ses forces sert à protéger les touristes des jets de pierre (20 décembre).
Des affrontements quotidiens opposent les jeunes Maqdissis aux forces de l’occupation dans la ville occupée d’al-Quds. Le 19, au cours d’affrontements dans Wadi Joz, 6 jeunes ont été blessés et 6 autres arrêtés puis relâchés. Les Maqdissis ont riposté aux tirs de l’occupant par des jets de pierres, des explosifs pour jeux et des cocktails molotov.
Des affrontements ont eu lieu à l’entrée de Anata, au nord-est d’al-Quds, les Palestiniens ripostant aux tirs en lançant des pierres et des explosifs. Des affrontements ont eu lieu dans Jabal Zaytoun, où la population s’est plaint d’avoir été inondée par l’eau usagée que les forces de l’occupation lancent sur les Palestiniens. Un officier de la police a été atteint par les pierres. Des affrontements ont eu lieu à Ras al-Amoud près de la mosquée al-Aqsa, des dizaines de Maqdissis ont été asphyxiés par les gaz lancés par l’occupant.
Le 19 décembre, des jeunes armés ont attaqué des colons au nord d’al-Quds, sans faire de victimes.
Des affrontements ont eu lieu à Ras al-Amoud le 15/12 près de la colonie Maale Zitim, les jeunes ont utilisé les pierres et les explosifs pour se défendre.
 
II - Al-Quds occupée : asphyxie et purification ethnico-religieuse
Le Haut conseil islamique a organisé le 15/12 une conférence dans al-Quds dénonçant la politique d’expulsion exécutée par l’occupant, qui a visé des dirigeants politiques et cadres politiques. Sheikh Ikrima Sabri, président du Haut conseil, a expliqué que la pratique de l’expulsion s’appuie sur les lois d’exception britanniques, disant que ce ne sont pas des lois mais des ordres militaires qui condamnent des individus sans les juger. L’avocat Khaled Zabarka a déclaré que la politique de l’expulsion constitue un grave danger sur la présence palestinienne dans la ville. La politique récente a commencé en 2007 en expulsant des personnalités musulmanes de la Palestine occupée en 1948 pour les éloigner de la mosquée al-Aqsa, et notamment sheikh Raed Salah. Le Père William Shomali a dénoncé cette pratique disant qu’elle poursuit ce qui a été commencé au cours de la Nakba puis l’occupation de toute la Palestine en 1967, afin de vider al-Quds de sa population et la remplacer par les colons.
 
Le rapport publié par le « bureau national pour la défense de la terre et résister à la colonisation » a signalé que l’occupant a multiplié ces dernières semaines son activité coloniale dans la ville d’al-Quds (construction de colonies et destruction des maisons palestiniennes). Il a signalé également que le département de la planification a accepté la construction de 316 unités de logement, dont 243 dans la colonie Ramot construite sur les terres palestiniennes au nord d’al-Quds et 73 dans la colonie Har Homa construite sur les terres de Jabal Abu Ghnaym, au sud. Selon le rapport, un réseau de falsification des titres de propriété a été découvert, ce réseau comprenait des membres du gouvernement Netanyahu.
L’occupant sioniste envisage de construire 12 usines dans la colonie de « Michour Adomim » située sur des terres expropriées à Khan al-Ahmad, à proximité de la ville d’al-Quds. Le complexe colonial d’ « Adomim » est implanté sur 48000 dunums.
Dans la course électorale menée par les partis sionistes, al-Quds prend une importance capitale, chaque parti sioniste voulant assurer sa fidélité aux principes de la colonisation. Le ministre des finances démis, Lapid, a déclaré qu’il refuserait le partage d’al-Quds (retour de la partie orientale aux Palestiniens), même s’il fallait ne pas parvenir à un accord avec les Palestiniens (l’Autorité de Mahmoud Abbbas).
 
L’occupant poursuit deux projets de judaïsation aux alentours de la mosquée al-Aqsa : la construction de la « Maison Strauss » dans la zone historique « Jisr al-Banat », à l’ouest de la mosquée, détruisant les vestiges musulmans et modifiant les traits du quartier, les devantures du quartier musulman ont été détruites, les murs et les arcs des maisons anciennes ont été détruits pour être remplacés par des devantures d’un style différent et en installant des portes et fenêtres. La construction juve « maison Strauss » est bâtie sur 1716 mètres carrés, sur trois étages, et est distante de la mosquée al-Aqsa de 20 mètres.
La municipalité de l’occupation a remis un ordre de démolition à l’épouse de Akram Sharfa, visant la maison de ce dernier, dans le quartier At-Tor, à l’est d’al-Quds. Akram Sharfa a été expulsé de sa ville à la fin du mois dernier. Sharfa a déclaré que l’occupant non seulement l’éloigne de sa ville et de sa famille, mais s’en prend à présent à sa maison, dans laquelle vit sa famille.
Le 14 décembre, l’occupant a remis 6 ordres de démolition dans Selwan, sous prétexte que les constructions n’ont pas obtenu d’autorisation. Il faut rappeler que l’occupant a prévu de démolir 88 maisons dans Selwan pour achever son projet colonial de judaïsation du quartier.
Les départements des impôts et la municipalité ont mené une campagne contre les boutiques tenues par les Maqdissis dans la vieille ville, le lundi 22 décembre. Le contenu de certaines boutiques a été endommagé et des commerçants ont été battus. Le propriétaire d’un restaurant a été arrêté et une amende de 5000 shekels lui a été imposée. C’est la pratique de l’occupant depuis plusieurs années, en vue d’alourdir les charges des Maqdissis pour les faire partir de la ville.
23 bâtiments situés dans Jabal Baba, dans Izariyyé, ont reçu l’ordre de démolition. Hani Halabiyye, au nom des comités de la résistance populaire, a déclaré que tous les bâtiments situés dans Jabal Baba dont la superficie est de 1000 dunums, sont menacés de destruction.Ces constructions abritent 300 à 350 personnes.
Le 14/12, l’occupant remet un ordre de démolition de la maison à un responsable du Fateh dans la ville, Adnane Gayth. L’ordre est un « ordre administratif » de démolition. Mohammad Gayth a également reçu un tel ordre, et trois autres ordres ont été remis dans le quartier à Ahmad Abbassi et ses fils.
L’occupant a investi la maison du martyr Mu’tazz Hijazi, à ath-Thawri, le 15/12, et a remis à la famille un ordre de démolition sous prétexte que la maison n’a pas été autorisée, alors qu’elle est construite avant 1967, avant l’occupation. Dr. Jamal Amrou, spécialiste des affaires maqdissies a également reçu un ordre de démolition de sa maison, construite en 1945.
III – Al-Quds occupée : répression
 
L’enfant Mohammad Jamal Ubayd, 5 ans, a été blessé devant la maison familiale. Alors qu’il descendait de l’autobus de l’école, il a été atteint à l’œil par une balle tirée par l’occupant. Son cas a été jugé critique. Depuis le mois dernier de Ramadan, Mohammad est le second enfant à être touché de la sorte à Issawiya.
 
Le tribunal de la ville occupée d’al-Quds a accusé 8 citoyens palestiniens maqdissis d’incitation à la violence sur facebook. Les personnes accusées sont âgées entre 18 et 45 ans. Ils sont accusés d’appel à résister et à mener des opérations contre l’occupant.
Le photographe Abdel Afou Zghayar a été expulsé de la ville pour 15 jours, y compris de la mosquée al-Aqsa, à cause de sa défense des femmes voulant entrer dans la mosquée.
Les forces de l’occupation ont mené une incursion dans le quartier de Jabal Mukabber le 14 décembre et arrêté Ramzi Uwaysat, 31 ans et Alaa Khaled Uwaysat, 22 ans.

Le 17 décembre, les autorités de l’occupation ont arrêté Bara’ Zahayka, 12 ans, devant son école à Ayn Lawze, à Selwan, et Dalia Qarawi, 17 ans, à la sortie de l’école. Un jeune a été arrêté parce qu’il écoutait des chants patriotiques dans sa voiture. Ibtissam Issawi, prisonnière libérée, 46 ans, a été arrêtée lors d’une incursion à son domicile dans Jabal Mukabber. Elle avait été libérée il y a trois ans lors de l’accord d’échange en octobre 2011, elle avait été détenue pendant dix ans dans les prisons de l’occupation.
Le 18 décembre, le jeune Alaa Salah, 16 ans, a été arrêté avec Bashar Mahmoud devant leurs maisons à Issawiya. Une campagne d’arrestations a eu lieu à Wadi Joz le 19 décembre. L’enfant Ahmad Abu Sbaytan, 12 ans, a été arrêté devant son école à At-Tor, et a été emmené à la prison de Moskobiyya.
 
Le 10/12, les forces de l’occupation ont mené une incursion dans la maison de Daoud Ghoul, à Ras a-Amoud, et confisqué ses papiers personnels et son ordinateur. Elles ont décidé de déporter Daoud de la Cisjordanie pour 6 mois, alors qu’il a été expulsé de la ville d’al-Quds pour 5 mois.
L’occupant renouvelle la détention de plusieurs Maqdissis et la transforme en « détention administrative » : le jeune Adham Hindi, du camp de She’fat, 6 mois, Adnane Ghayth et son frère Sadeq pour trois semaines.
L’occupant a investi l’école des jeunes gens à Ras al-Amoud le 16 décembre, à la poursuite des élèves sous prétexte qu’ils auraient lancé des pierres sur les soldats de l’occupation.
Le 14/12, l’occupant a arrêté le responsable du dossier jeunesse dans le mouvement Fateh, Ibrahim Abu Gharbiye, 39 ans. Les jeunes Ibrahim Abu Sunayne et Ibada Najib ont également été arrêtés.
115 Maqdissis ont été arrêtés au cours de la première moitié du mois de décembre, dont 30 mineurs.

N°16 – décembre 2014

"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com