La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


dimanche 31 janvier 2016

Trois colons blessés par balles en Cisjordanie, l'assaillant tué


Trois colons ont été blessés dimanche par balles près de la colonie de Beit El en Cisjordanie occupée et l'assaillant palestinien a été tué, a indiqué l'armée israélienne.
"Un homme a tiré en direction d'un groupe d'Israéliens qui ont riposté et tué l'assaillant", a affirmé l'armée dans un communiqué.
Les blessés, dont deux sérieusement touchés, ont été évacués vers des hôpitaux, selon le service de secours israélien Maguen David Adom.
Les ambulances palestiniennes n'ont pas été autorisées à récupérer le corps du Palestinien qui a tiré à partir d'une voiture qui venait de Ramallah, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.
Selon lui, la plaque d'immatriculation de la voiture indiquerait qu'elle appartient au gouvernement palestinien.
Selon une source de sécurité palestinienne, l'assaillant Amjad Abou Muamar, la trentaine, était un garde du corps du procureur général de l'Autorité palestinienne.
La Cisjordanie, Jérusalem et Israël sont secoués par des violences qui ont fait 160 morts palestiniens et 25 israéliens depuis le 1er octobre, selon un décompte de l'AFP.
Un Américain et un Erythréen ont également été tués dans les violences.
La majorité des Palestiniens tués sont des auteurs ou auteurs présumés d'attaques anti-israéliennes.

(31-01-2016 - Avec les agences de presse)

"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Menace(s)


- Quelque chose m'échappe...
- quoi donc?
- hier, l'opposition syrienne avait menacé de ne pas participer aux pourparlers de Genève
- et alors?
- aujourd'hui, elle menace de se retirer
- c'est de la dialectique
- ...!?

Al Faraby
Dimanche, 31 janvier 2016


La principale coalition de l'opposition syrienne est arrivée samedi à Genève, un jour après les représentants du régime de Damas, pour participer à des pourparlers organisés par l'ONU dans l'espoir de mettre un terme à cinq ans de guerre, alors que la situation sur le terrain reste catastrophique.

La diapo qui s'écoute
Sur une rhapsodie de Liszt
La volonté de vivre

https://www.youtube.com/watch?v=VQ8_l-Xg-dk&feature=youtu.be



Peinture du dimanche

Cliquez pour agrandir

Dler Chaker - Irak


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants


Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants
Victor HUGO (1802-1885)
Interprété par Franck Pétrel
Les contemplations (1856)



Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants,
Passer, gonflant ses voiles,
Un rapide navire enveloppé de vents,
De vagues et d'étoiles ;

Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux,
Que l'autre abîme touche,
Me parler à l'oreille une voix dont mes yeux
Ne voyaient pas la bouche :

"Poëte, tu fais bien ! Poëte au triste front,
Tu rêves près des ondes,
Et tu tires des mers bien des choses qui sont
Sous les vagues profondes !

La mer, c'est le Seigneur, que, misère ou bonheur,
Tout destin montre et nomme ;
Le vent, c'est le Seigneur ; l'astre, c'est le Seigneur ;
Le navire, c'est l'homme."  

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

samedi 30 janvier 2016

État palestinien : l'appel de Laurent Fabius qui passe mal en Israël


Les déclarations du chef de la diplomatie française sur la reconnaissance d'un État palestinien en cas d'échec d'une conférence internationale sur le conflit israélo-palestinien vont encourager les Palestiniens à ne pas s'impliquer dans une solution, a jugé ce samedi un responsable israélien. « Le ministre des Affaires étrangères français (Laurent Fabius) dit d'emblée que, si son initiative aboutit à une impasse, la France reconnaîtra un État palestinien », a déclaré un responsable gouvernemental israélien qui a souhaité garder l'anonymat. « Cette déclaration va inciter les Palestiniens à parvenir à une impasse. Des négociations ne peuvent être tenues et il n'est pas possible de parvenir à la paix de cette façon », a-t-il ajouté.

« Nous saluons l'appel de la France »
Laurent Fabius a annoncé ce vendredi que la France allait relancer rapidement son projet d'une conférence internationale pour « faire aboutir la solution de deux États », Israël et Palestine. « Nous ne devons pas laisser se déliter la solution des deux États », a-t-il souligné, regrettant la poursuite de la colonisation en Cisjordanie occupée. Laurent Fabius a ajouté qu'en cas d'échec de cette initiative « nous devrons prendre nos responsabilités en reconnaissant l'État palestinien ». Saëb Erakat, numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et négociateur en chef avec Israël, a de son côté salué l'annonce française. « Nous saluons l'appel de la France pour une implication internationale globale et sérieuse dans le but de mettre fin à l'occupation qui a commencé en 1967 et d'établir un État de Palestine libre, indépendant et souverain dans les frontières de 1967 », a-t-il déclaré dans un communiqué. Le processus de paix israélo-palestinien est au point mort depuis plus d'un an, quand avait échoué une énième médiation américaine.


(30-01-2016 - Avec les agences de presse)

"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

à République...

Cliquez pour agrandir

- Tu vas où?
- à la manif
- quelle manif?
- contre l'état d'urgence
- prends ta carte d’identité
- laquelle?
- ...!?

Al Faraby
Samedi, 30 janvier 2016

Appel à manifester le samedi 30 janvier 2016 partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République.


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Syrie : seize personnes mortes de faim à Madaya


Seize personnes sont mortes de faim dans la ville syrienne rebelle de Madaya, dans l'ouest du pays, assiégée par les forces pro-régime, depuis que des convois humanitaires y sont entrés mi-janvier, a annoncé Médecins sans frontières (MSF). « Selon des travailleurs de santé soutenus par MSF dans Madaya, 16 personnes sont décédées depuis la livraison de l'assistance humanitaire », précise l'organisation humanitaire dans un communiqué. « MSF a des rapports médicaux clairs indiquant que 46 personnes sont mortes d'inanition à Madaya depuis le 1er décembre », a expliqué samedi l'organisation. « Le bilan est certainement plus lourd, car il existe des informations selon lesquelles des habitants seraient morts de faim dans leurs maisons », a ajouté Médecins sans frontières.
Les cas actuels de malnutrition sont par ailleurs estimés à 320 dans cette ville à l'ouest de Damas, dont 33 patients en « danger de mort », selon MSF. « Les habitants de la ville syrienne assiégée de Madaya continuent de mourir de faim, en dépit des convois d'aide humanitaire », a déploré MSF, qualifiant la situation d'« inacceptable ». L'organisation humanitaire a accusé les forces loyales au régime du président syrien Bachar el-Assad de « continuer à bloquer l'approvisionnement de la ville en matériel médical et médicaments indispensables ». « Il faut immédiatement une présence médicale permanente et indépendante à Madaya, car nous pensons que la situation médicale va encore s'aggraver, alors que l'accès aux soins pour les habitants est extrêmement limité », a plaidé le directeur des opérations de MSF Brice de le Vingne. Madaya, où plus de 40 000 personnes vivent assiégées depuis des mois, est devenue un symbole des souffrances endurées par la population civile en Syrie depuis le début de la guerre en 2011. Le sort de cette ville est aussi un des points sensibles pour la tenue des négociations de paix pour la Syrie qui se tiennent à Genève.

260 000 morts depuis le début du conflit
Les principaux groupes d'opposition syriens réunis à Riyad ces derniers jours réclament l'application d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU demandant l'arrêt des bombardements des zones civiles et un accès humanitaire aux zones assiégées. Selon l'ONU, environ 486 000 Syriens vivent dans des villes assiégées par les forces du régime, les rebelles ou les djihadistes de l'État islamique (EI). L'opération qui avait permis de faire entrer quelques convois humanitaires à Madaya mi-janvier a concerné aussi les deux localités chiites de Foua et Kafraya, encerclées par les rebelles dans la province d'Idleb (nord-ouest), mais où la situation était jugée moins catastrophique qu'à Madaya. Les organisations humanitaires n'ont cessé de réclamer un accès inconditionnel aux populations civiles assiégées conformément au droit humanitaire international. Le chef des opérations humanitaires de l'ONU a déploré cette semaine que 75 % de ses demandes d'accès pour délivrer une aide humanitaire aient été ignorées par le gouvernement syrien. La guerre civile en Syrie a débuté en mars 2011 avec des manifestations pacifiques pour davantage de démocratie réprimées dans le sang par le régime du président Assad. Le conflit est devenu de plus en plus complexe avec une multiplication des acteurs et a fait 260 000 morts et des millions de déplacés.


(30-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

« Nous ne céderons pas ! »

Cliquez pour agrandir

Les associations et organisations syndicales regroupées autour de l’appel « Nous ne céderons pas ! » et ayant lancé la pétition « Pour nous, c’est définitivement non ! », contre la réforme constitutionnelle, appellent à manifester le samedi 30 janvier 2016 partout en France et à Paris, à 14h30, place de la République.
Elles expriment leur refus de la réforme constitutionnelle et leur exigence de la levée de l’état d’urgence.

Pétition:
http://www.nousnecederonspas.org/


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Photo du jour

Cliquez pour agrandir

Leïla Alaoui - Maroc


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Miss Fisher's them


Miss Fisher's them
Arrangement : Greg J Walker





Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

vendredi 29 janvier 2016

Genève : l'opposition syrienne va participer aux pourparlers de l'ONU

Un haut responsable de l'opposition a affirmé que l'opposition syrienne réunie depuis quatre jours à Ryad a décidé vendredi de participer aux pourparlers de paix indirects avec le régime qui ont démarré ce jour à Genève sous l'égide de l'ONU. Il a précisé que le Haut comité des négociations (HCN), une large coalition d'opposants politiques et de groupes armés syriens formée en décembre en Arabie saoudite en perspective des discussions de Genève, enverrait "environ 30 à 35 personnes" aux pourparlers.
Le HCN avait refusé d'entamer les négociations tant que les bombardements de civils et le siège de localités se poursuivraient. La délégation de l'opposition se rendra à Genève mais elle ne négociera pas, a souligné le HCN dans un tweet. "Le HCN confirme qu'il va à Genève pour participer aux discussions avec l'ONU, et non pas pour des négociations", affirme l'opposition sur Twitter.
Le chef de la délégation du HCN, Assaad al-Zoabi, a pour sa part expliqué sur la chaîne Sky News Arabia basée à Abou Dhabi, que l'opposition a décidé de participer aux pourparlers de Genève après avoir reçu des garanties notamment des Etats-Unis et de l'Arabie saoudite sur l'application des mesures humanitaires prévues par la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.
Cette résolution stipule notamment un arrêt des bombardements des zones civiles et un accès aux localités assiégées. La délégation devrait être à Genève samedi soir ou dimanche matin, a-t-il ajouté.


(29-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

L'ONU intercepte un vautour présumé espion israélien au Liban


Des Casques bleus de l'ONU ont rempli une mission de bons offices entre deux pays toujours en état de guerre en aidant au retour d'un vautour capturé au Liban parce que soupçonné d'espionnage pour Israël, ont indiqué vendredi les autorités israéliennes. « Au cours d'une discrète opération avec les Libanais et avec l'assistance des forces de l'ONU (...), l'Autorité israélienne de la nature et des parcs a réussi à récupérer le vautour qui avait été capturé il y a quelques jours par des villageois de Bint Jbeil, au Liban », a indiqué l'Autorité dans un communiqué.
Les Nations unies ont joué les médiateurs entre les Libanais et la réserve de Gamla où vivait le vautour avant de franchir la frontière, a dit l'Autorité. « Les efforts entrepris ont abouti et le vautour a été restitué hier soir dans un état de santé satisfaisant à la frontière à Rosh Hanikra », un kibboutz du nord d'Israël, a-t-elle ajouté. Le rapace, pris en charge pour recevoir des soins, est « faible et a des blessures mineures », a aussi indiqué l'Autorité.
Une photo publiée sur les réseaux sociaux montre des soldats au béret bleu en train de remettre l'animal. Les autorités environnementales israéliennes avaient exprimé leur inquiétude pour la première fois mardi quand des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient le rapace, porteur d'une bague d'identification israélienne et d'un émetteur, entre les mains d'habitants de Bint Jbeil. On voyait « le vautour attaché avec une corde par des habitants » qui le soupçonnaient d'espionner pour Israël, avaient-elles rapporté.
Le vautour était entré environ de quatre kilomètres en territoire libanais, avaient-elles dit aussi. Israël et le Liban sont toujours techniquement en état de guerre et une force de l'ONU est déployée pour contrôler la frontière. La réputation attachée aux services d'espionnage israéliens a entretenu maintes théories du complot.
L'été dernier, des membres du Hamas avaient assuré dans des médias palestiniens qu'ils avaient capturé au large de la bande de Gaza un dauphin équipé de caméras et qu'ils suspectaient d'opérer pour Israël. En 2011, les médias saoudiens avaient rapporté qu'un vautour muni d'un transmetteur GPS et d'une bague de l'université de Tel-Aviv avait été capturé par les forces de sécurité, qui le suspectaient d'espionnage.

(29-01-2016 - Avec les agences de presse)

"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

La chose

Cliquez pour agrandir

- Les pourparlers de paix sur la Syrie s'ouvrent vendredi à Genève en l'absence de l'opposition syrienne réunie à Ryad
- eeuuhh...
- quoi?
- c'est où Ryad?
- en Arabie saoudite
- un pays ami de la France
- oui... pourquoi?
- l'achat des 118 Airbus par l'Iran risque de freiner un peu la chose
- quelle chose?
- la paix en Syrie

- oui mais ça va peut-être créer des emplois en France
- ...!?

Al Faraby
Vendredi, 29 janvier 2016


La diapo qui s'écoute
Sur une rhapsodie de Liszt
La volonté de vivre
https://www.youtube.com/watch?v=VQ8_l-Xg-dk&feature=youtu.be


Syrie: les pourparlers s'ouvrent à Genève sans l'opposition réunie à Ryad


Les pourparlers de paix sur la Syrie s'ouvrent vendredi à Genève en l'absence de l'opposition syrienne réunie à Ryad, qui refuse d'y participer si ses conditions ne sont pas satisfaites, malgré les exhortations de l'ONU et des Etats-Unis.
Réuni dans la capitale saoudienne, l'essentiel des groupes de l'opposition a posé jeudi des conditions préalables avant toute participation à cette nouvelle session de pourparlers indirects sous l'égide de l'ONU.
"Demain, nous ne serons pas à Genève. Nous pourrions nous y rendre (ultérieurement), mais nous n'entrerons pas dans la salle des négociations si nos demandes humanitaires ne sont pas satisfaites", a déclaré Riad Hijab, le coordinateur du Haut comité des négociations (HCN), sur la chaîne de télévision Al-Arabiya.
"L'opposition est disposée à se rendre à Genève si des mesures sont prises" pour un arrêt des bombardements des zones civiles et un accès aux localités assiégées, a précisé M. Hijab, rappelant que ces mesures sont prévues par la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.
Peu auparavant, l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a lancé dans message vidéo un vibrant appel au peuple syrien. "Maintenant, on a besoin de vous entendre interpeller les délégations à la conférence et leur dire qu'ils ne peuvent pas manquer cette occasion", a déclaré l'émissaire.
"Vous avez vu suffisamment de conférences. Celle-ci ne peut pas échouer", a lancé M. de Mistura, en référence à de précédentes réunions organisées depuis le début du conflit en mars 2011 et qui ont toutes échoué.
Après l'annonce du refus des groupes réunis à Ryad, les Etats-Unis, tout en qualifiant de "légitimes" leurs demandes dans le domaine humanitaire, les ont exhortés à se rendre quand même à la table des négociations.
"Il s'agit d'une opportunité vraiment historique pour eux d'aller à Genève pour proposer des moyens sérieux, pratiques d'instaurer un cessez-le-feu et d'autres mesures pour créer de la confiance", a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, Mark Toner. "Et nous continuons de penser qu'ils devraient la saisir sans conditions préalables", a-t-il dit.
A Genève, la porte-parole des Nations unies pour les pourparlers, Khawla Matar, a affirmé plus tôt que l'ONU maintenait à vendredi le lancement des discussions.
La communauté internationale compte sur les pourparlers de Genève pour trouver une solution politique à un conflit qui a fait depuis 2011 plus de 260.000 morts et déplacé des millions de personnes. Elle y voit aussi un moyen de concentrer les forces sur la lutte contre l'organisation jihadiste Etat islamique (EI), qui contrôle de vastes territoires en Syrie et en Irak.
Selon une source proche du gouvernement syrien, la délégation de Damas arrivera, elle, vendredi à Genève et rencontrera M. de Mistura.

- Marge de manoeuvre réduite -
Pour Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient, l'opposition est embarrassée "car sa marge de manoeuvre s'est réduite" en raison notamment des récentes victoires du pouvoir sur le terrain avec l'aide de la Russie, qui mène depuis le 30 septembre 2015 en Syrie des frappes aériennes contre les groupes rebelles, "confortant de plus en plus" le pouvoir du président Bachar al-Assad.
Le HCN insiste de plus pour être le seul représentant de l'opposition aux pourparlers et a réclamé à M. de Mistura des précisions sur "la nature des invitations" adressées à des opposants ne faisant pas partie de cette instance.
Parmi eux figure Haytham Manna, coprésident du Conseil démocratique syrien (CDS), une alliance d'opposants kurdes et arabes, qui est déjà à Genève selon une journaliste de l'AFP.
Or la participation des Kurdes, en pointe dans la lutte contre l'EI, est un des points de désaccord entre l'opposition et les pays étrangers impliqués dans le conflit, comme la Turquie, qui s'y oppose.
La résolution 2254, sur laquelle se baseront les pourparlers, prévoit un cessez-le-feu, un gouvernement de transition dans les six mois et des élections dans les 18 mois. L'opposition exige le départ de M. Assad au début de la période de transition.
D'autre part, la Russie a proposé jeudi une réunion le 11 février à Munich, en Allemagne, du Groupe international de soutien à la Syrie (17 pays, dont la Russie, les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et l'Iran).
Le ministre syrien de la Défense Fahd el-Freij a discuté jeudi à Moscou avec son homologue russe Sergueï Choïgou du développement des relations militaires entre les deux pays.


(29-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

L'appel de l'archevêque d'Alep : "Aidez-nous à rester chez nous !"


L'archevêque d'Alep en Irak a « du sang de corsaire dans (ses) veines » (sic), puisqu'il s'appelle Jeanbart. Il porte un célèbre nom français, il parle couramment notre langue (comme quatre autres), il a fait des études chez nous, mais ce francophile convaincu est né là-bas, en 1943, dans une famille « qui figure sur les registres de la ville depuis 1715 ». Mgr Jean-Clément Jeanbart est en France pour participer à la « Nuit des témoins », hommage aux chrétiens persécutés organisé par l'association Aide à l'Église en détresse qui aura lieu dans plusieurs grandes églises du pays, et dont le coup d'envoi est donné ce vendredi 29 janvier au soir à Notre-Dame de Paris. Entretien.  (Propos recueillis par Jérôme Cordelier)

Dans quel état d'esprit êtes-vous aujourd'hui ?
Mgr Jeanbart : Je suis archevêque d'un diocèse qui existe depuis le IIIe siècle ; l'un de mes prédécesseurs a siégé au concile de Nicée en 325. Je me sens pleinement de cette Église chrétienne qui a navigué à travers des tempêtes continues au long des siècles. Et aujourd'hui je souffre, pour mon peuple, pour mon pays, pour toutes les victimes innocentes de cette barbarie qui nous frappe. Mais je veux pardonner à ceux qui actuellement ne savent pas ce qu'ils font, comme Jésus sur la croix a pardonné au bon larron qui l'avait insulté. Je veux pardonner pour ouvrir la possibilité d'une réconciliation, en oubliant le passé et en regardant vers l'avenir.

Comment vit-on actuellement à Alep ?
Les images, vous les connaissez, vous les avez vues. Ces images de destruction, de morts, jusqu'à 300 000 disparus, sans compter les mercenaires qui nous attaquent. Mais il est aussi malheureux de vivre la destruction d'une ville de trois millions d'habitants – même cinq millions avec les banlieues – qui fut, pendant des siècles, à l'avant-garde des grandes cités du Moyen-Orient, sur le plan industriel, commercial, culturel… Du temps des Ottomans, Alep était la deuxième ville la plus cosmopolite de cette partie du monde après Constantinople. Neuf dénominations étrangères y avaient des colonies entre les XVIIe et XIXe siècles. C'est pourquoi vous retrouvez parmi nous beaucoup de patronymes étrangers – dont le mien, par exemple –, et il n'est pas rare de tomber sur des gens qui parlent quatre langues. Quand vous êtes cultivé, que vous connaissez l'histoire, vous souffrez encore plus de cette dévastation. On parle de 1 600 usines détruites. Des milliers d'ateliers, de commerces n'existent plus. Des centrales électriques, des hôpitaux, des écoles, des églises, des couvents ne sont plus que ruines. C'est une catastrophe. Je suis aleppin de souche. Pendant quinze à vingt ans, j'ai travaillé pour l'avenir des jeunes en contribuant à l'ouverture d'une école de formation aux métiers du tourisme, d'un institut de business administration, d'une école d'infirmières ; nous avions le projet d'un lycée de 1 200 élèves… Tout cela est perdu. Mes souffrances sont terribles. Nous nous sentons oubliés. Nous avons l'impression que tout le monde a de la valeur, sauf nous.

Avez-vous peur ?
Je préfère parler d'inquiétude. Nous sommes inquiets de l'issue des conflits. Inquiets d'incursions de Daech et des forces rebelles sans foi ni loi. Je ne suis pas proche du pouvoir en place, mais je crains que la désintégration et la chute de ce régime ne provoquent une guerre civile. Les institutions, l'armée, le ministère de l'Intérieur, les tribunaux constituent une protection pour la population. Je ne suis pas pour ou contre Bachar el-Assad, même si je considère que l'Occident doit reconsidérer son jugement à son égard : il n'est pas aussi mauvais qu'on le soutient ici. Je souhaite seulement une réconciliation, que l'on trouve des points de rencontre afin de bâtir l'avenir.

Que dites-vous à ceux qui sont tentés par Daech ?
Que ce sont des terroristes qui n'ont aucune culture sociale du XXIe siècle, qui ignorent que le monde a changé, qu'on ne peut plus vivre au Moyen Âge, que les livres de Dieu doivent être interprétés dans le sens de l'homme… Des versets du Coran stipulent qu'il ne faut pas faire le moindre mal à une créature, aussi petite soit-elle.

Quel appel voulez-vous lancer aux Français ?
Je leur dis : si vous voulez vraiment aider les chrétiens en Syrie, aidez-nous à rester chez nous ! Comment ? En finançant des projets de développement, en poussant les belligérants à trouver une solution pour la paix, en essayant d'empêcher qui que ce soit de terroriser la population, en faisant tout pour que les gens ne partent pas… Nous avons longtemps été abandonnés, et maintenant certains essaient de se rattraper en transportant nos fidèles vers d'autres pays. Mais, en agissant ainsi, ils vident la Syrie de ses forces vives, entravant, après l'avoir détruite, sa reconstruction. C'est un second coup de poignard dans le dos qui nous est donné. Nous estimons avoir une mission dans ce pays où l'Église est née. La Syrie est une terre sainte qui a donné naissance à l'apôtre Paul et qui a été baptisée par le sang de millions de martyrs chrétiens. Ne l'oublions pas, ne l'oublions jamais !


(29-01-2016 - Propos recueillis par Jérôme Cordelier)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Photo du jour

Cliquez pour agrandir

Leïla Alaoui - Maroc


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Il faut que le poète


Il faut que le poète
Victor Hugo (1802-1885)
Interprété par Franck Pétrel
Les contemplations (1856).



Il faut que le poète, épris d'ombre et d'azur,
Esprit doux et splendide, au rayonnement pur,
Qui marche devant tous, éclairant ceux qui doutent,
Chanteur mystérieux qu'en tressaillant écoutent
Les femmes, les songeurs, les sages, les amants,
Devienne formidable à de certains moments.
Parfois, lorsqu'on se met à rêver sur son livre,
Où tout berce, éblouit, calme, caresse, enivre,
Où l'âme à chaque pas trouve à faire son miel,
Où les coins les plus noirs ont des lueurs du ciel,
Au milieu de cette humble et haute poésie,
Dans cette paix sacrée où croit la fleur choisie,
Où l'on entend couler les sources et les pleurs,
Où les strophes, oiseaux peints de mille couleurs,
Volent chantant l'amour, l'espérance et la joie,
Il faut que par instants on frissonne, et qu'on voie
Tout à coup, sombre, grave et terrible au passant,
Un vers fauve sortir de l'ombre en rugissant !
Il faut que le poète aux semences fécondes
Soit comme ces forêts vertes, fraîches, profondes,
Pleines de chants, amour du vent et du rayon,
Charmantes, où soudain l'on rencontre un lion.

Paris, mai 1842.

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

jeudi 28 janvier 2016

La France et l'Iran ouvrent une "relation nouvelle"


La France et l'Iran ouvrent un nouveau chapitre. Les deux pays ont ainsi proclamé jeudi « une relation nouvelle » lors d'une visite officielle à Paris du président iranien Hassan Rohani dominée par des accords économiques et des échanges diplomatiques sur la Syrie. « C'est un nouveau chapitre de nos relations qui s'ouvre aujourd'hui », a assuré lors d'une conférence de presse commune le président français François Hollande.
« Oublions les rancœurs », avait déclaré dans la matinée Hassan Rohani, en appelant à une « relation nouvelle » et à profiter de « l'atmosphère positive » suscitée par la levée des sanctions contre son pays pour donner « un nouvel élan » aux relations bilatérales.
Depuis la révolution islamique de 1979, les relations entre Téhéran et Paris ont traversé nombre de crises jusqu'à l'apaisement obtenu à la faveur d'un accord international en juillet sur le programme nucléaire iranien. À la faveur de la levée des sanctions internationales, l'Iran et ses 79 millions d'habitants s'ouvrent aux industriels occidentaux. « À nous Français de nous ruer (en Iran) et de ne pas perdre de temps », a résumé Pierre Gattaz, président du patronat français.

Avions, pétrole, voitures
Téhéran s'est engagé à acquérir 118 Airbus pour un montant évalué à 25 milliards de dollars à prix catalogue, à répartir entre les actionnaires du consortium aéronautique européen, parmi lesquels figurent les États français, allemand et espagnol.
Le géant pétrolier Total a signé un contrat pour acheter à Téhéran « entre 150 000 et 200 000 barils par jour » de pétrole brut. L'Iran dispose des quatrièmes réserves mondiales d'or noir et exporte un peu plus d'un million de barils sur les 2,8 millions produits chaque jour. Le constructeur automobile français PSA Peugeot-Citroën a officialisé son retour dans le pays, via une coentreprise avec l'entreprise Iran Khodro qui pourra investir jusqu'à 400 millions d'euros sur cinq ans. PSA espère produire à terme 200 000 véhicules par an.
Les géants de la construction Bouygues et Vinci, ainsi que le gestionnaire des aéroports de Paris ADP, ont aussi signé des protocoles d'accord pour développer trois aéroports en Iran. De leur côté, la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) et les chemins de fer iraniens (RAI) ont signé un protocole de coopération dans quatre domaines, dont l'exploitation de gares et le développement de lignes à grande vitesse.

« Nous avons parlé de tout »
La question des droits de l'homme en Iran, qui a fait l'objet de manifestations sans grande mobilisation jeudi dans la capitale française, a été abordée lors des entretiens. Le président Hollande a ainsi souligné devant son homologue « l'attachement de la France aux droits de l'homme ». « Nous avons parlé de tout, parce que c'est toujours la règle de conduite de la France », a-t-il précisé. Selon Amnesty International, la République islamique est le pays qui exécute le plus de mineurs au monde. Reporters sans frontières a dénoncé un pays devenu « l'une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes ».
Au début de sa visite officielle, les autorités françaises ont accordé jeudi matin au président Rohani le privilège rare des honneurs militaires.

« Urgent »
Les entretiens devaient permettre d'essayer de rapprocher les points de vue « en particulier sur l'affaire syrienne », selon un diplomate français. Acteur majeur de la crise syrienne, l'Iran est un soutien indéfectible du président Bachar el-Assad, dont Paris demande le départ.
« Il est urgent de mettre en œuvre des mesures humanitaires et de négocier une transition politique. Elle est possible », a déclaré François Hollande, en déplorant une « négociation qui tarde à s'ouvrir » à Genève entre les belligérants sous l'égide de l'ONU. France et Iran doivent ensemble « lutter contre le fanatisme, le terrorisme et l'extrémisme », notamment en partageant leurs renseignements, a affirmé de son côté le président iranien. « Nous devons être actifs dans ces domaines en échangeant nos informations du point de vue des renseignements », a-t-il ajouté.
Paris, proche de l'Arabie saoudite, a aussi abordé avec le président iranien la crise aiguë qui secoue les relations irano-saoudiennes. Les deux pays ont rompu leurs relations diplomatiques début janvier après l'exécution d'un dignitaire chiite par Riyad et le saccage de l'ambassade saoudienne à Téhéran.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Syrie : l'ONU maintient l'ouverture vendredi des pourparlers à Genève

L'ONU a affirmé jeudi que les pourparlers de paix sur la Syrie allaient débuter vendredi à Genève, comme prévu, malgré l'incertitude sur la participation des groupes clés de l'opposition syrienne réunis à Ryad.
"Il n'y a pas de report de notre côté", a dit Khawla Mattar, porte-parole de l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

Chrétiens d'Irak et de Syrie : un patriarche craint leur quasi-extinction
Le patriarche syro-catholique Ignace Joseph III Younan dénonce l'« indifférence » de l'Occident face au sort des chrétiens d'Irak et de Syrie. Au cours d'une conférence de presse organisée par l'organisation Aide à l'Église en détresse (AED), Mgr Younan a évoqué des villes chrétiennes d'Irak comme Qaraqosh, dans la plaine de Ninive, une cité aujourd'hui aux mains de l'organisation État islamique (EI) et qui était encore jusqu'en 2014 habitée majoritairement par des Syro-catholiques.
« Mais c'est aussi en Syrie que le nombre des chrétiens a dramatiquement diminué. Dans les années 50, les chrétiens étaient environ 19 % et ils sont aujourd'hui à peine 5 % », a-t-il souligné. « Notre cauchemar, notre plus grande angoisse, c'est qu'il puisse se produire en Irak et en Syrie ce qui s'est produit en Turquie, où nous ne pouvons pratiquement plus parler d'une présence chrétienne », a-t-il observé.
La Turquie, particulièrement sa partie occidentale, a été un des hauts lieux du christianisme, dont il reste de nombreux vestiges. Mais aujourd'hui, elle est en très grande majorité musulmane, et les chrétiens s'y sentent parfois des citoyens de seconde zone. Une des grandes persécutions des chrétiens a eu lieu à partir de 1915-1916 sous l'Empire ottoman, quand les Arméniens ont été victimes de déportations et d'un génocide.
Interrogé sur une solution militaire aux conflits avec le groupe EI en Syrie et en Irak, le patriarche a préconisé une action terrestre coordonnée par les armées nationales de ces deux pays contre Daech.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Iran: accord pour l'acquisition de 118 Airbus


L'Iran s'est engagé sur l'acquisition de 118 avions, des moyen et long-courriers, auprès du constructeur aéronautique européen Airbus, à l'occasion de la visite du président iranien Hassan Rohani à Paris, pour un montant évalué à 25 milliards de dollars, a constaté un journaliste de l'AFP.
L'annonce a été faite lors d'une cérémonie à l'Elysée en présence du président de la République François Hollande. Il s'agit d'un protocole d'accord et non d'un contrat définitif en raison de la levée encore partielle des sanctions contre l'Iran.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Irak: l'armée s'adapte pour briser les défenses de l'EI


Tirant les expériences des batailles de Ramadi, Tikrit ou Sinjar, les instructeurs américains adaptent la formation des soldats irakiens afin de mieux les préparer aux futures offensives sur les places fortes du groupe Etat islamique (EI).
Les jihadistes ont truffé les larges zones qu'ils contrôlent en Irak de pièges de toutes sortes, dont des engins explosifs improvisés (IED en anglais), témoins de la guerre totale qu'ils mènent contre les troupes régulières et leurs alliés.
Des milliers de mines et d'engins explosifs avaient ainsi été disséminés par l'EI dans les rues et les bâtiments de Ramadi pour freiner l'offensive qui a mené à la reprise de cette ville de l'ouest fin décembre par les forces gouvernementales.
La formation est désormais "basée sur les leçons tirées des batailles de Ramadi, Tikrit, Sinjar et de Baiji", a expliqué le général Sean MacFarland, commandant de la coalition internationale contre l'EI, au cours d'un entraînement ouvert à la presse à Besmaya, près de Bagdad.
Cet exercice était le dernier après deux mois de formation pour deux brigades -les 71e et 72e- par des instructeurs, notamment espagnols, dépêchés par des pays de la coalition conduite par les Etats-Unis.
Sur le terrain, des tirs de mortier ont accompagné le déploiement d'engins de déminage et de bulldozers pour ouvrir des brèches dans la défense ennemie, tandis qu'avançaient des soldats à bord de véhicules blindés.
Les militaires ont notamment utilisé un outil efficace pour neutraliser les engins explosifs, le système américain Apobs (Anti-personnel Obstacle Breaching System).

- Comme une armée régulière -
"Les méthodes qui sont enseignées ici sont le fruit de tout ce ce que nous avons appris de Ramadi", souligne le général James Learmont, le commandant adjoint des forces de la coalition en Irak. Car "les jihadistes avaient transformé cette ville en un immense champ miné", obligeant les forces gouvernementales à avancer lentement et avec une extrême prudence.
Pour neutraliser ces engins explosifs, la présence d'ingénieurs est indispensable. Mais "vous ne pouvez pas les laisser aller seuls au front car ils sont vulnérables", précise le général Learmont.
L'EI n'a cessé de faire évoluer sa stratégie au cours des derniers mois, passant des tactiques de guérilla à celles de méthodes proches de celles d'une armée régulière, estiment les officiers.
"Ils combattent essentiellement comme une force conventionnelle", souligne le général MacFarland, grâce notamment aux nombreux équipements militaires saisis à l'armée.
De ce fait, la coalition a dû améliorer la formation des soldats irakiens, dont l'incompétence avait été illustrée par la déroute de 2014. "Jusqu'alors, nous nous concentrions sur les techniques de base, comme les tirs. Mais nous sommes passés au stade supérieur", précise le général Learmont.
Le porte-parole de la coalition internationale, le colonel Steve Warren, a récemment déclaré que l'armée irakienne avait besoin de "centaines" de formateurs militaires occidentaux pour former "davantage de brigades" à "davantage de spécialités".
"C'est vraiment la prochaine étape pour créer la puissance de combat nécessaire pour libérer Mossoul", capturée par les jihadistes en juin 2014, a-t-il ajouté.
Ce dossier sera au centre d'une réunion des ministres de la Défense de 26 pays et du gouvernement irakien prévue le 11 février à Bruxelles. A eux seuls, les Etats-Unis ont déployé environ 3.500 soldats en Irak pour conseiller les troupes locales.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Gaza: 7 membres du Hamas tués dans l'effondrement d'un tunnel


Sept membres de la branche armée du Hamas ont été tués dans un tunnel qui s'est effondré dans la nuit de mardi à mercredi dans le nord de la bande de Gaza, a indiqué jeudi cette branche armée, les brigades Ezzedine Al-Qassam, sur son compte twitter.
"Les brigades Al-Qassam pleurent la mort de sept de leurs membres tués lors de travaux dans un tunnel de la résistance", ont-elles dit.
Mercredi, une source sécuritaire palestinienne avait indiqué que huit membres du mouvement islamiste palestinien Hamas étaient portés disparus après l'effondrement d'un tunnel causé par la pluie et les inondations dans les environs de Jabaliya, dans le nord de l'enclave.
Cet effondrement remet en lumière la question des tunnels dans l'enclave palestinienne, contrôlée par le Hamas, et hermétiquement close par la barrière de sécurité israélienne et la zone tampon égyptienne.
Différentes sources sécuritaires ont laissé filtrer récemment dans la presse israélienne que le Hamas avait reconstruit les tunnels détruits par Israël pendant la guerre de l'été 2014, et qu'il était à nouveau prêt militairement à une confrontation.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Enfumage à l'Hôtel de Ville (3)


- L'Hôtel de Ville de Paris a rendu hommage à Yitzhak Rabin assassiné il y a 20 ans
- et alors?
- Manuel Valls y a affirmé que, je cite,  la France et Israël étaient deux nations soeurs
- eeuuhh...
- quoi?
- je comprends mieux son attachement à la déchéance de la nationalité pour les binationaux d'entre nous
- tu comprends quoi?
- il veut faire du peuple Français un peuple élu

- je suis certain que Finkielkraut serait d'accord
- ...!?

Al Faraby
Jeudi, 28 janvier 2016

(Fin)

Après avoir rendu hommage à "l'engagement absolu, passionné" de Yitzhak Rabin, Manuel Valls a rappelé que la France et Israël étaient deux nations soeurs dont l'amitié était exigeante et honnête.


"Non au terrorisme d’État d’Israël" :
http://www.petitions24.net/non_au_terrorisme_de_letat_disrael

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Syrie: l'opposition reporte sa décision sur une participation à Genève


Des groupes clés de l'opposition syrienne ont reporté à jeudi leur décision sur une participation à des pourparlers de paix prévus vendredi à Genève, disant attendre une réponse de l'ONU à leurs demandes liées aux participants et aux questions humanitaires.
Le Haut comité des négociations (HCN), instance qui représentera à Genève les principaux groupes politiques et armés de l'opposition syrienne, a annoncé mercredi le report de sa réponse à l'invitation de l'ONU pour participer aux négociations indirectes avec le régime de Bachar al-Assad.
Cette réponse était attendue mercredi, mais Salem al-Meslet, le porte-parole du HCN, réuni depuis deux jours à Ryad, a affirmé en soirée à des journalistes que "les discussions ont été reportées à jeudi 10H00 locales (07H00 GMT)".
Après l'annonce de ce report, les Etats-Unis ont exhorté l'opposition syrienne à participer "sans conditions préalables" aux pourparlers intersyriens, les deuxièmes depuis le début de la guerre en mars 2011. "La délégation du HCN et les différentes factions de l'opposition syrienne ont une occasion historique d'aller à Genève et de proposer des moyens concrets de mettre en oeuvre un cessez-le-feu, un accès humanitaire et d'autres mesures susceptibles de redonner confiance", a fait valoir un porte-parole du département d'Etat, Mark Toner.
Selon le porte-parole du HCN, l'instance attendait de recevoir, peut-être dans la nuit de mercredi à jeudi, les réponses de l'émissaire spécial de l'ONU Staffan de Mistura qui a lancé mardi les invitations aux participants syriens sans les identifier.

- Désaccord sur les kurdes -
Alors qu'il insiste pour être le seul représentant de l'opposition aux négociations, le HCN réclame des "précisions" sur "la nature des invitations" adressées aux autres opposants.
C'est que la délégation de l'opposition fait débat. Mohamed Allouche, un chef du groupe armé rebelle prosaoudien Jaich al-Islam, a été désigné comme négociateur en chef du HCN, un choix dénoncé par d'autres opposants et par la Russie, alliée du régime.
Parmi les personnalités non-HCN invitées à Genève figurent Qadri Jamil, un ex-vice-Premier ministre limogé qui entretient de bonnes relations avec la Russie, ainsi que Haytham Manna, co-président du Conseil démocratique syrien (CDS, une alliance d'opposants kurdes et arabes).
Or la participation des Kurdes, en pointe dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) qui occupe de vastes régions en Syrie, est un point de discorde.
La Turquie, hostile à M. Assad, est fermement opposée à la participation du Parti de l'union démocratique (PYD), la branche politique des YPG, une puissante milice kurde. En revanche, la Russie estime que, sans les Kurdes, les négociations ne sauraient "donner de résultats".
En outre, le coordinateur du comité Riad Hijab a estimé dans un communiqué que la communauté internationale devrait faire pression pour la levée des sièges des villes en Syrie, l'arrêt des bombardements et l'acheminement de l'aide aux nécessiteux.
"Il n'est pas possible de tenir des négociations sérieuses alors que des crimes contre l'Humanité sont commis contre les Syriens par des parties étrangères", a-t-il ajouté.

- 'Incroyablement minces' -
M. Hijab semble faire référence à la Russie, dont l'aviation appuie les forces gouvernementales en bombardant les positions rebelles et jihadistes, et à l'Iran qui soutient également militairement M. Assad.
Mercredi devant le conseil de sécurité, le patron des opérations humanitaires de l'ONU Stephen O'Brien a dénoncé les obstacles mis par le régime à la livraison de l'aide humanitaire, estimant son attitude "inacceptable".
Quoiqu'il en soit, l'optimisme n'est pas de mise pour les négociations de Genève, qui ont été reportées de lundi à vendredi.
"Soyons réalistes, les chances de succès de ces négociations sont incroyablement minces", a confié un diplomate du Conseil de sécurité à New York sous le couvert de l'anonymat.
L'ambassadeur de Grande-Bretagne à l'ONU, Matthew Rycroft, a lui aussi averti qu'il ne fallait pas s'attendre à des "progrès immédiats", tout en soulignant qu'"un lancement des négociations créerait une dynamique qui apporterait aux Syriens autre que le désespoir".
Les négociations, appelées à durer six mois, doivent porter sur une feuille de route qui prévoit un cessez-le-feu, un gouvernement de transition dans les six mois et des élections dans les 18 mois. L'opposition exige le départ de M. Assad au début de la période de transition.
Les précédents pourparlers (janvier-février 2014) s'étaient achevées sans résultat concret et, depuis, le conflit s'est davantage complexifié avec la multiplication des acteurs et la montée en puissance de l'EI sur un territoire de plus en plus morcelé. Plus de 260.000 personnes y ont péri et des millions ont pris la fuite.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Iran: le président Rohani à Paris, de la diplomatie et l'espoir de gros contrats


Le président Hassan Rohani poursuit jeudi une visite officielle en France, la première d'un chef de l'Etat iranien depuis 1999, avec la perspective de juteux contrats pour Paris et des échanges diplomatiques centrés sur la guerre en Syrie, dans laquelle Téhéran est un acteur majeur.
Arrivé mercredi, M. Rohani devait achever sa visite jeudi soir, après un entretien et la signature d'accords avec son homologue français François Hollande.
Sorti de dizaines d'années d'isolement avec l'entrée en vigueur en janvier de l'accord nucléaire et la levée des sanctions internationales, l'Iran et ses 79 millions d'habitants s'ouvrent aux industriels occidentaux, et Paris compte bien y prendre sa part.
Le ministre iranien des Transports Abbas Akhoundi a annoncé dimanche que lors de cette visite, "le contrat pour l'achat de 114 Airbus sera signé".
De source proche du dossier, on précise cependant qu'à l'heure actuelle, il ne peut y avoir autre chose que des lettres d'intentions ou des protocoles d'accords, car l'embargo n'est pas entièrement levé. Mais ensuite, il n'y a pas loin de la coupe aux lèvres et on peut vite parvenir à des contrats, car l'Iran a grand besoin de renouveler sa flotte de moyens et long-courriers, précise-t-on.
Dans l'automobile, un accord entre le constructeur automobile français PSA Peugeot-Citroën et l'Iranien Iran Khodro sera signé, afin de constituer une co-entreprise qui produira à terme 200.000 véhicules par an avec l'utilisation de pièces produites localement, selon une source gouvernementale française.
De grosses entreprises françaises, comme Total, sont aussi sur les rangs, et Bouygues, ADP et Vinci souhaitent participer à l'extension ou à la gestion de plusieurs aéroports iraniens.
M. Rohani rencontrera à Paris les responsables du Medef, la principale organisation patronale française, et le ministre de l'économie Emmanuel Macron.

- Décorum particulier -
Pour cette première visite en France d'un président iranien depuis Mohammad Khatami en 1999, qui est aussi la première grande visite bilatérale de M. Rohani en Europe - il s'est rendu à Rome avant Paris -, les autorités françaises ont ajouté au décorum habituel.
Ainsi, les honneurs militaires, avec les hymnes nationaux, seront rendus à M. Rohani sur la place des Invalides, en présence du chef de la diplomatie française Laurent Fabius.
Au plan diplomatique, cette visite, initialement prévue il y a deux mois mais reportée à la suite des attentats de Paris le 13 novembre, sera la preuve concrète, selon les mots du président Hollande, que "le retour de l'Iran sur la scène internationale est désormais possible".
"Cette visite ouvre une période de discussions pour essayer d'accompagner l'Iran dans son retour sur la scène internationale, et faire en sorte qu'il joue un rôle positif, en particulier sur l'affaire syrienne", a-t-on indiqué de source diplomatique.
De difficiles négociations intersyriennes doivent démarrer vendredi à Genève, pour tenter de mettre fin à une guerre civile qui a fait au moins 260.000 morts.
Acteur majeur de la crise syrienne, l'Iran est un soutien indéfectible du président Bachar al-Assad, dont Paris demande le départ. Téhéran a toujours démenti avoir envoyé des combattants en Syrie mais le Hezbollah chiite libanais, appuyé par l'Iran, a reconnu y avoir envoyé des combattants pour soutenir le régime.
Autre dossier diplomatique: la crise aiguë entre Téhéran et Ryad.
M. Hollande a appelé à la "désescalade" entre l'Iran et l'Arabie saoudite, qui ont rompu leurs relations diplomatiques début janvier après l'exécution d'un dignitaire chiite par Ryad et le saccage de l'ambassade saoudienne à Téhéran.
La France pourrait à cet égard contribuer à "apaiser les tensions" entre les deux capitales, car Paris entretient des "relations d'amitié" avec le royaume saoudien.
La question des droits de l'Homme en Iran ne sera pas escamotée, a-t-on aussi assuré de source française.
"Ce type de sujets est souvent évoqué en tête-à-tête et il n'y aura pas de commentaires publics sur ce sujet-là", a-t-on précisé.
Selon Amnesty International, la république islamique est notamment le pays qui exécute le plus de mineurs dans le monde, utilisant la torture et la maltraitance pour forcer les jeunes personnes à parler.


(28-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Photo du jour

Cliquez pour agrandir

Leïla Alaoui - Maroc


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

Les enfants


Les enfants
Gibran Khalil Gibran
"Le Prophète"




Une femme qui tenait un bébé contre son sein dit, Parlez-nous des Enfants.
Et il dit :
"Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à la Vie.
Ils viennent à travers vous mais non de vous.
Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne sont pas à vous.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées.
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez héberger leurs corps, mais pas leurs âmes.
Car leurs âmes résident dans la maison de demain que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, mais ne cherchez pas à les faire à votre image.
Car la vie ne marche pas à reculons, ni ne s'attarde avec hier.
Vous êtes les arcs desquels vos enfants sont propulsés, tels des flèches vivantes.
L'Archer vise la cible sur le chemin de l'Infini, et Il vous tend de Sa puissance afin que Ses flèches volent vite et loin.
Que la tension que vous donnez par la main de l'Archer vise la joie.
Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime également l'arc qui est stable."


Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com

mercredi 27 janvier 2016

Syrie : une ONG dénonce les "insupportables" bombardements des hôpitaux


Une organisation humanitaire syrienne a dénoncé mercredi les incessants bombardements sur les hôpitaux et leurs "conséquences désastreuses" sur les populations en Syrie, où 177 hôpitaux ont été détruits et près de 700 membres du personnel de santé tués depuis le début de la guerre en 2011.
"Depuis 2012, les infrastructures sanitaires sont sans cesse ciblées par les bombardements", a déclaré Oubaïda al-Moufti, président de l'Union des organisations de secours et de soins médicaux (UOSSM).
Rassemblant des médecins de la diaspora syrienne, l'UOSSM opère dans les zones tenues par l'opposition armée, où elle intervient en soutien au personnel médical local, en première ligne dans la guerre.
"Entre août 2012 et décembre 2015, 330 structures sanitaires, dont 177 hôpitaux, ont été détruites par des attaques armées. Pour la seule année 2015, on dénombre 112 attaques ciblées", a expliqué M. al-Moufti, au cours d'une conférence à Paris de l'UOSSM consacrée à la "protection des hôpitaux et du personnel médical en Syrie".
Sur "cette même période, 697 médecins, pharmaciens, dentistes, infirmiers, aides-soignants et autres membres du personnel de santé ont perdu la vie dans ces attaques ciblées".
"Depuis le début des frappes russes il y a quatre mois (en soutien au régime de Bachar al-Assad), ce sont 29 hôpitaux qui ont été détruits, et 20 membres du personnel médical qui ont été tués", a-t-il souligné.
"La situation est insupportable, invivable dans ces zones" du fait des bombardements. Ces "agressions sont commises en totale violation du droit humanitaire et des conventions internationales", a-t-il estimé.
"Nous assistons à une dégradation continue de la situation", avec des "conséquences désastreuses", un départ massif de médecins et un accès de plus en plus limité voire inexistant aux soins.
Depuis septembre, "les bombardements ont augmenté en intensité et en précision", a témoigné Monzer Khalil, médecin arrivé du gouvernorat d'Idleb (nord-ouest).
"Alors qu'auparavant les hôpitaux étaient généralement partiellement touchés, ils sont désormais détruits en totalité dans ces frappes", a-t-il expliqué, faisant clairement allusion aux frappes russes.
La guerre en Syrie a fait quelque 250.000 morts. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), plus de mille civils ont péri dans les raids russes depuis le début, le 30 septembre, de l'intervention de la Russie en Syrie.
"90% des attaques sur les hôpitaux sont le fait de l'armée syrienne et de ses alliés", ceci dans une "impunité totale", a rappelé la présidente Amnesty France, Geneviève Garrigos, tandis que le président de Médecin sans frontière (MSF), Mego Terzian, a fustigé une "stratégie délibérée".
"Nous sommes confrontés à la plus grande catastrophe humanitaire depuis la seconde guerre mondiale. Et il n'y a malheureusement pas de mobilisation à la hauteur de cette stratégie", a renchéri le professeur Raphael Pitti, en charge de la formation pour l'UOSSM.
"Près de 60% des infrastructures hospitalières sont aujourd'hui détruites, avec une fuite massive des personnels soignants, et tout ce que cela implique de dramatique pour les populations", a observé M. Pitti.
"250.000 morts, 200.000 prisonniers ou disparus, 600.000 blessés, 7,6 millions de déplacés, 4 millions de réfugiés...", a-t-il énuméré
"C'est un peuple qu'on assassine. (...) Et qu'avons nous fait depuis cinq ans? Même pas un corridor humanitaire n'a été créé", a-t-il fustigé, pointant en particulier les bombardements russes.
"Aujourd'hui, nous avons une obligation d'ingérence", a lancé M. Pitti, qui a appelé à la mise en place d'une no-fly zone (zone d'exclusion aérienne) sur une bande de 10km le long de la frontière turque.


(27-01-2016 - Avec les agences de presse)

Deux adresses pour vous inscrire à "Assawra",
la liste de diffusion du Mouvement démocratique arabe:

1 - Assawra3-subscribe@yahoogroupes.fr
ou
2 - as-sawra+subscribe@googlegroups.com