La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


lundi 15 mai 2017

Les Palestiniens commémorent le 69e anniversaire de la Nakba: plusieurs blessés

Des Palestiniens manifestent pour commémorer la "Nakba", à Bethléem, en Cisjordanie, le 15 mai 2017 (afp)

Des heurts avec les forces israéliennes ont fait plusieurs blessés palestiniens en Cisjordanie occupée lundi à l'occasion de la journée commémorant la "catastrophe" qu'a constitué pour eux la création d'Israël il y a 69 ans, ont constaté les journalistes de l'AFP.
Onze Palestiniens ont été évacués vers des hôpitaux après avoir été atteints, pour la plupart, par des balles israéliennes en caoutchouc lors d'affrontements près du checkpoint dit du DCO ou de Bet-El, à la sortie de Ramallah, a indiqué une secouriste présente sur place.
Une journaliste de l'AFP a vu cinq blessés à la jambe.
Des dizaines de jeunes ont lancé des pierres en direction des soldats israéliens positionnés autour du checkpoint, l'un des lieux privilégiés par la jeunesse palestinienne pour protester contre l'occupation militaire israélienne des Territoires palestiniens. Les soldats israéliens ont répliqué avec des moyens anti-émeutes.
A Bethléem aussi, plusieurs centaines de Palestiniens arborant des tee-shirts noirs frappés de l'inscription 1948 (année de la création d'Israël) ont lancé des cailloux sur les forces israéliennes qui les maintenaient à distance à coups de balles en caoutchouc, de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène, a constaté un photographe de l'AFP qui a vu un blessé.
Les Palestiniens commémorent chaque année la "Nakba" (la "catastrophe" en arabe), synonyme d'exode pour des centaines de milliers de personnes ayant été expulsées ou ayant pris la fuite en 1948.
Plus de 12 millions de Palestiniens vivent à travers le monde, dont la moitié dans les Territoires occupés et en Israël, selon des chiffres officiels palestiniens. Plus de 5,5 millions sont enregistrés comme réfugiés auprès de l'ONU.
Avant les heurts au checkpoint, plusieurs milliers de personnes ont marché sous les drapeaux palestiniens dans Ramallah. Ils portaient une clé surdimensionnée, symbole traditionnel des maisons perdues à l'époque et dans lesquelles les Palestiniens espéraient revenir après le conflit israélo-arabe.
"Je viens tous les ans commémorer cet anniversaire, cette catastrophe", disait Salha Orabi, 62 ans, descendante de réfugiés et résidente du camp de Jalazoun, près de Ramallah.
"La Nakba, pour nous, signifie la destruction. Nous sommes bien placés pour savoir ce que cela signifie, nous avons dû fuir, c'est nous qui avons quitté nos maisons et nos terres".
Le droit au retour reste une revendication primordiale des Palestiniens et l'une des questions les plus épineuses pour faire la paix avec Israël après presque 70 ans de conflit.