La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


mardi 16 mai 2017

Nous demeurons accrochés au choix de «la libération totale», quels qu’en soient le prix et les sacrifices


"Aujourd’hui, c’est le jour de la grande commémoration, la commémoration de la douloureuse Nakba de la Palestine, en 1948. La commémoration du plus grand crime de pillage armé et d’épuration ethnique dans l’histoire de l’humanité, lorsque la terre de la Palestine fut conquise, et que son peuple authentique et ses ayants-droit furent tués, terrorisés et expulsés"

Discours de dr. Ramadan Shallah, secrétaire général  du Mouvement du Jihad islamique en Palestine  à l’occasion de la commémoration de la Nakba

Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Louanges à Dieu, prières et paix sur le messager de Dieu, notre maître Mohamad, et sur sa famille et compagnons

«Sont autorisés à se battre les victimes d’une agression, qui ont été injustement opprimées, et Dieu a tout pouvoir pour les secourir. Tel est le cas de ceux qui ont ét éinjustement chassés de leurs foyers uniqueent pour avoir dit : « Notre Seigneur est Dieu ! » Si Dieu ne repousssait pas certains peuples par d’autres, des ermitages auraient été démolis, ainsi que des oratoires et des mosquées où le Nom de Dieu est souvent invoqué. Dieu assistera assurément ceux qui aident au triomphe de Sa cause, car la force et la puissance de Dieu n’ont point de limite ». (Coran, Le pèlerinage, 39-40)

Aux fils de notre peuple grandiose
Aux fils de notre nation arabo-islamique,
A tous les libres de ce monde,

Aujourd’hui, c’est le jour de la grande commémoration, la commémoration de la douloureuse Nakba de la Palestine, en 1948. La commémoration du plus grand crime de pillage armé et d’épuration ethnique dans l’histoire de l’humanité, lorsque la terre de la Palestine fut conquise, et que son peuple authentique et ses ayants-droit furent tués, terrorisés et expulsés, par la force des armes et les massacres sionistes pour coloniser la Palestine, sous le couvert de l’occupation britannique, et proclamer, comme ce jour, 69 ans plus tôt, la fondation de l’état juif sioniste sur la terre de notre patrie, la seule patrie que nous possédons et que nous connaissons.

A ceux qui aiment la Palestine, partout dans le monde : Nous ne commémorons pas la Nakba pour nous rappeler le crime commis, les douleurs amères ni la souffrance passée. La Nakba se déroule encore, notre peuple continue à la vivre et à souffrir de ses conséquences, tous les jours, à toute heure, dans son épreuve qui se poursuit, sur la terre de Palestine, dans l’exil et les déportations. La continuation de la Nakba, non seulement dévoile ses auteurs, les voleurs de patries, et dévoile la laideur de la violence et de la terreur avec lesquelles ils ont volé notre patrie, et imposé l’Etat des affabulations, des mythes religieux et des allégations historiques, mais elle dévoile surtout le mirage de la paix et le mensonge du règlement, nés suite aux défaites et aux déséquilibres des rapports de force. Des tentatives douteuses de les faire revivre actuellement et de les vendre à nouveau sont entreprises, avec tout ce qu’elles comportent d’illusions, d’injustice et de déni du droit de notre peuple et de sa cause.

Aux fils de notre peuple et de notre nation, en tous lieux..
La commémoration de la Nakba intervient dans un environnement arabe officiel, régional et international le pire qui soit dans l’histoire du conflit, sinon dans l’histoire de la nation. Un environnement où domine dans notre monde arabe un état de paix globale avec « Israël », mais à demi-avoué, et un état de guerre déclarée contre tous ceux qui rappellent au monde que nous avons une patrie qui s’appelle Palestine… Un environnement malsain, où l’élite arabe, celle qui diffuse la culture du défaitisme et du désespoir, nous dit : la Palestine est perdue, elle ne reviendra pas, et le fait de parler de sa libération n’est que de l’imagination ou de la folie !

Au moment de commémorer la Nakba, cette année, le monde attend l’arrivée du nouveau président américain, Trump, au pays des « deux lieux saints » le réceptacle de la révélation. Les plus grands dirigeants de la région ont été sollicités pour le recevoir, à la manière d’un carnaval inédit.. Trump vient, imbu d’espoir de caresser les deux meilleures qualités des Arabes, comme cela a été dit, la générosité et l’oubli… L’invité sera probablement surpris de savoir que ses hôtes ont oublié la Palestine, al-Quds et al-Aqsa, le troisième lieu saint, sans réaliser que celui qui abandonne al-Quds abandonne également la Mecque ! Quant à la générosité arabe, le César de la nouvelle Rome vient pour prélever la « jizya » (l’impôt) de quelques arabes et musulmans, qui s’élève à des centaines de milliards de dollars, comme prix des ventes d’armes américaines, dont une partie ira remplir les poches des juifs américains richissimes, qui financeront le crime de l’engloutissement et de la judaïsation d’al-Quds. Par cette sinistre visite, la région entrera probablement dans une nouvelle ère, selon tous les critères, où les ennemis de la nation auront l’ambition de redessiner les cartes de la région, de changer son identité, de liquider la cause de la Palestine, de fixer et d’inclure « Israël » en tant qu’Etat naturel et dominant dans la région, et de diviser et morceler les Etats arabes centraux, sur une base confessionnelle, religieuse et ethnique, ce qui justifera et légalisera la présence d’ « Israël » en tant qu’Etat juif.

Dans le cadre de ce vent américain qui souffle sur la région, et des dangers qu’il comporte, et à l’occasion de la commémoration de la douloureuse Nakba, au nom de nos blessures qui saignent en Palestine et dans al-Quds, nous adressons aux fils de notre peuple et de notre nation, et à tous les êtres libres et dignes de ce monde, plusieurs messages :

Nous espérons que le régime arabe guérisse de l’illusion consistant à s’appuyer sur les Etats-Unis et « Israël », et que les dirigeants et chefs arabes réalisent que la sécurité des pays arabes et musulmans est assurée par leurs peuples et non par leurs ennemis. Nous leur disons : ne répétez pas l’erreur de vos aïeux, lorsqu’ils ont combattu les musulmans turcs sous la bannière de la Grande-Bretagne et de ses alliés, et la bannière du général Allenby qui a dit, en occupant al-Quds : « Aujourd’hui, c’est la fin des Croisades ! » Ils l’ont fait, voulant l’indépendance arabe, mais ils ont obtenu le colonialisme qui a divisé la région et a implanté « Israël » en son cœur !

Nous nous inclinons, lors de cette commémoration, en hommage à la grandeur de notre peuple, que les faiseurs de Nakba n’ont pu briser sa volonté tout au long de l’histoire du conflit, et nous affirmons que la réponse normale et nécessaire à la Nakba continue, est l’unité de tout le peuple palestinien, pour affronter le projet sioniste, qui n’a pas encore abandonné, jusqu’à cet instant, l’objectif de détruire le peuple palestinien et d’arracher ce qui en reste de sa patrie la Palestine.

Pour que notre discours sur l’unité ne soit pas un genre imagé ou une illusion, nous disons, en toute franchise, engagement et responsabilité, que l’unité palestinienne ne  peut se réaliser, ni même la réconciliation ou la fin de la division, sans que soit retirée la reconnaissance d’ « Israël » par l’OLP, et la rupture du parcours d’Oslo, qui a maintenu l’occupation sous une autre appelation, et l’a rendu moins coûteux pour l’ennemi. Tant que « le diable israélien » est dans notre maison, dans le « nid de la coordination sécuritaire sacrée », cette maison ne peut se relever, et nous ne pourrons pas la reconstruire ni l’arranger, quoi qu’on fasse. C’est ce que nous avons affirmé dans l’initiative en dix points, que le mouvement du Jihad a proposé. Nous pensons encore qu’elle constitue la plate-forme appropriée pour un dialogue national, pour mener une révision entière et élaborer une nouvelle stratégie nationale digne du peuple palestinien et de ses sacrifices, après l’échec de la voie du règlement suivie par l’OLP, pour obtenir un Etat palestinien sur les frontières de 67, en reconnaissant « Israël » et en négociant avec lui, voie qui est parvenue à une impasse.

A l’occasion de la commémoration de la Nakba, nous appelons à élaborer une charte nationale palestinienne unitaire, après que l’OLP a abandonné la charte nationale et supprimé les principaux articles suite aux pressions et directives américaines et « israéliennes ». C’est pourquoi nous avons besoin d’une charte nationale qui nous précise quelles sont les constantes, et quelles sont les références historiques et juridiques de notre droit sur notre patrie la Palestine, et qui régule notre parcours et nos choix. Nous voulons une charte pour affronter le récit sioniste du conflit, qui falsifie l’histoire et la vérité, et pour dire à nos enfants et descendants, et à notre nation et au monde entier, à qui appartient la Palestine ? Est-elle aux juifs sionistes ? Est-ce la terre de Palestine ou la terre d’ « Israël » ? Avons-nous le droit de porter les armes et de combattre pour la libérer, comme tous les peuples de la terre qui ont affronté les invasions et le colonialisme, ou bien certains parmi nous ont  le droit de s’engager à rejeter la résistance, à la criminaliser, à la poursuivre pour protéger la sécurité de notre ennemi ? Nous voulons une charte unitaire qui nous sorte de l’état de confusion et d’anarchie, sur le plan de la pensée et de la politique, officielle et organisationnelle, qui menace dès à présent l’avenir de notre peuple et sa cause.

Parmi les priorités actuelles de notre peuple, assurer les exigences de la résilience et de la constance sur la terre, et mettre fin au blocus injuste sur la bande de Gaza. Par contre, le président de l’Autorité palestinienne, le frère Abu Mazen, nous a surpris, au lieu de tenter de briser le blocus contre son peuple et qu’il participe à alléger ses souffrances et ses peines, nous le voyons proclamer une série de mesures et de décisions qui ne sont rien d’autre qu’une guerre économique contre ce peuple, une guerre contre ses moyens de vie, augmentant par là ses souffrances et ses peines et blessant sa dignité. Est-ce que cela fait partie de la facture due pour le retour aux négociations ? Ou bien est-ce un gage pour la « grande transaction du siècle » perdante qu’ils propagent ? Le peuple palestinien ne mérite pas ni ne supporte cette punition collective, et la bande de Gaza est aujourd’hui un baril de poudre qui risque d’exploser. S’il explose, il ne laissera rien sur son passage !

Et finalement, nous affirmons, lors de cette commémoration, la nécessité d’activer et de développer l’Intifada, largement, au niveau populaire, en protection d’al-Quds et de la mosquée al-Aqsa, menacée de destruction, et en soutien à nos valeureux prisonniers, et en solidarité avec leurs revendications légitimes dans la bataille de la liberté et de la dignité. Notre défense des prisonniers est une défense de notre humanité, c’est l’expression naturelle et légitime de la résistance contre la servitude et la tentative de nous ôter la vie, après nous avoir volé la patrie.

A cette occasion, nous adressons nos salutations à nos valeureux prisonniers, dans leur lutte courageuse, et disons à tous les dirigeants du mouvement des prisonniers, et à tous les prisonniers et prisonnières, de toutes les forces et organisations : de votre patience, ténacité, résilience, de votre faim et votre soif, le soleil de la liberté brillera, non seulement pour vous, mais pour notre patrie la Palestine, si Dieu le veut.

Quant à l’ennemi criminel, et à tous ses complices par leur silence, leur insouciance vis-à-vis de la souffrance et de l’affliction de nos prisonniers, qu’ils soient Etats, gouvernements, institutions internationales ou organismes des droits de l’homme, nous leur disons : si les revendications justes des prisonniers sont réalisées, à Dieu reviennent les louanges et les remerciements, Dieu suffit aux croyants. Mais si l’ennemi poursuit son déchaînement et met la vie des prisonniers en péril, nous ne resterons pas les bras croisés, nous ne les laisserons pas tels une proie face à la mort, en conséquence de l’entêtement féroce du sionisme raciste. La résistance a son mot à dire. Cela est suffisant !

Nous terminons en disant, à cette occasion, que nous, le Mouvement du Jihad islamique, comme certains l’ont déjà exprimé, et cela est un honneur pour nous, nous demeurons accrochés au choix de « la libération totale », quels qu’en soient le prix et les sacrifices. Nous n’abandonnerons pas les armes, nous ne reconnaîtrons pas la présence sioniste sur toute parcelle de la terre de Palestine, nous ne négocierons aucun grain du sol d’al-Quds, car la reconnaissance d’ « Israël » signifie pour nous la suppression de la Palestine et de ses ayants-droit légitimes. Personne sur cette terre n’a le droit de supprimer la Palestine, même s’il ne reste qu’un seul Palestinien dans ce monde. Nous continuerons à dire : Non à « Israël » car cela signifie oui à la Palestine, à toute la Palestine. Elle est notre patrie, avant et après la Nakba, hier, aujourd’hui et demain, et tous les jours. Elle sera libérée, par la grâce de Dieu, comme elle a été libérée dans le passé de tous les envahisseurs, même si les Arabes et les musulmans reculent à accomplir leur devoir de jihad et de libération.. C’est que ce prédit l’histoire, c’est la promesse de Dieu, Glorieux et Puissant. « Dieu ne manque jamais à Sa promesse ».

Que Dieu accorde la miséricorde à celui qui a dit : « Ce siècle juif est une illusion qui s’effondrera si nous nous nous armons de certitude ».

Gloire à nos martyrs, liberté pour nos valeureux prisonniers, retour des réfugiés et déportés.
Vive la Palestine, du fleuve à la mer, libre, arabe et islamique.
Paix, miséricorde et bénédictions de Dieu sur vous.

CIREPAL
Centre d'information sur la Résistance en Palestine