La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


samedi 3 juin 2017

Yémen: 27 morts dans des combats entre rebelles et forces gouvernementales

Des forces de sécurité yéménites à Sanaa, le 22 mai 2017 (afp)

Les forces gouvernementales yéménites cherchaient samedi à prendre le contrôle d'un palais présidentiel tenu par les rebelles à Taëz, dans le sud du pays, où des combats ont fait au moins 27 morts, ont indiqué des sources médicale et militaire.
La grande partie de la province de Taëz est contrôlée par les rebelles chiites Houthis qui se battent depuis plus de deux ans contre les forces gouvernementales, appuyées par une coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite.
Des médecins de l'hôpital Thamar, qui se trouve sous le contrôle des rebelles, ont fait état de 19 rebelles tués dans les combats survenus ces dernières 24 heures dans le secteur du palais présidentiel.
Des sources militaires, parlant sous le couvert de l'anonymat, ont fait état de leur côté de la mort de huit soldats lors de ces affrontements.
Selon l'agence de presse officielle saoudienne, les forces progouvernementales se sont emparées samedi du palais à Taëz.
Des sources militaires sur le terrain ont cependant indiqué à l'AFP que les forces gouvernementales étaient entrées dans le palais mais qu'elles n'en avaient pas encore pris le contrôle.
La guerre au Yémen a éclaté après la conquête en 2014 par les rebelles d'une grande partie du pays et l'intervention militaire de la coalition arabe en mars 2015 pour aider le pouvoir à les stopper. Les Houthis, originaires du Nord, sont alliés à des militaires restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh.
Le conflit a fait plus de 8.000 morts et près de 45.000 blessés, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
Environ deux tiers de la population --soit 17 millions de personnes-- sont confrontées à des pénuries de nourriture, dans un pays très dépendant de l'importation de vivres.
En outre, depuis la fin avril, une épidémie de choléra a tué quelque 500 personnes et en a contaminé plus de 55.000 autres, dont un tiers d'enfants, selon l'ONU.